BURUNDI

PAD est actif au Burundi depuis 2010 sur les deux communes de Mutimbuzi et Gihanga, au travers de deux programmes qui avaient pour objectif global d'améliorer la santé communautaire et de réduire les maladies hydriques, telles que le choléra et la diarrhée, à travers l’accès à l’eau potable, l’assainissement solide et liquide et le renforcement durable des pratiques d’hygiène. Il faut dire que les besoins dans les deux zones étaient criants et que peu d’acteurs intervenaient de façon durable dans ces communes, que ce soit dans les domaines de l’eau, de l’hygiène ou de l’assainissement. 

 


Ces deux programmes ont été menés en collaboration avec l’association burundaise OPDE et ont permis de réaliser 2.255 latrines familiales et 10 points d’eau, de former et sensibiliser près de 140 professeurs et 6.700 élèves aux bonnes pratiques en matière d’hygiène, et de construire ou réhabiliter 9 blocs latrines dans des écoles.

 

En 2012, les programmes proposent un design original et innovant de latrines Ecosan à déshydratation. Ces latrines permettent de produire d’un côté, de l’urée immédiatement utilisable comme engrais et de l’autre, du compost qui est prêt beaucoup plus rapidement que via des latrines Ecosan classique sans déshydratation. Un design a été développé par PAD pour les familles et un autre pour le milieu scolaire. Sur la zone d’intervention, la latrine Ecosan a fait ses preuves puisque les ménages bénéficiaires se servent du compost comme engrais ou amendement sur leur parcelle maraîchère ou agricole.

 

 

2019 : un nouveau programme

En 2019, les deux programmes sur Gihanga et Mutimbuzi ont fait place à un nouveau programme qui intervient sur les deux zones d'intervention, rassemblées pour l'occasion en une seule : le programme RREC, pour Renforcement de la Résilience Environnementale et Communautaire face au Changement Climatique.

 

Comme pour les deux précédents, ce programme est mené en collaboration avec l'association burundaise OPDE.

Le programme RREC en quelques mots

L’objectif spécifique du programme RREC est l’amélioration de la résilience à la fois de l’environnement et des communautés de Gihanga et Mutimbuzi les plus exposés aux effets du changement climatique. 

 

Les résultats attendus du projet se font à trois niveaux d’intervention :

A. Au niveau familial, les pratiques culturales, les pratiques de production/gestion de déchets et les pratiques nécessitant de l’énergie fossile sont adaptées et optimisées. 

B. Au niveau communautaire, des activités de promotion de pratiques adaptées sont développées et gérées de façon durable et autonome. 

C. Au niveau communal, les enjeux du changement climatique et les pratiques recommandées sont pris en compte dans les programmes locaux et communaux. 

 

Ce programme s’inscrit clairement dans une ambition globale d’adapter l’agriculture familiale aux contraintes environnementales accentuées par le réchauffement climatique (y compris les questions d’élevage, la lutte contre l’érosion des sols et la gestion de l’eau agricole), et la lutte contre la déforestation et la gestion des espaces forestiers (y compris les mangroves et la lutte contre la déforestation par l’optimisation ou la réduction de l’utilisation du bois de chauffe).

 

Ce programme vise spécifiquement 3.000 ménages bénéficiaires d’une latrine Ecosan sur Gihanga et Mutimbuzi.

Chronologie des actions de PAD au Burundi

 

2010 : Lancement du programme AAKT, Amazi Amagara Kuri Tweze – L’eau et la santé pour tous, dans la province de Bujumbura rurale avec notre partenaire l’OPDE. Ciblant plus particulièrement la commune de Mutimbuzi, le projet a pour objectif l’amélioration durable de l’état de santé des populations et en particulier des enfants. L’approche se fait notamment en améliorant l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, qui permettent une réduction des maladies diarrhéiques.

 

2011 : Elargissement des actions sur Rukaramu, formation des deux premiers comités (CHA – Comité Hygiène et Assainissement), réalisation de latrines Arborloo (latrine traditionelles) réalisation du premier forage à Kagaragara et identification de la zone de Maramvya comme prochaine zone d’intervention.

 

2012 : Début des activités sur Maramvya. Développement du design de la latrine Ecosan (Latrine à déshydratation hors sol), mise ne place de quatre CHA supplémentaires, réhabilitation du forage du Centre de Santé de Maramvya 15 et premières interventions en milieu scolaire à Rukaramu.

 

2013 : Élargissement des activités sur Maramvya. Amélioration de design de la latrine Ecosan pour la rendre plus adaptée et plus abordable pour la population ciblée. 9 communautés supplémentaires se structurent autour d’un CHA. Forages et réhabilitation de deux points d’eau supplémentaires (M12 et M15). Deuxième bloc de latrine Ecosan scolaire à Maramvya 1 et installation d’un système de récupération d’eau de pluie dans les deux écoles. 

 

2014 : Extension des activités dans cinq nouvelles communautés. Réalisation de latrines Arborloo, pour la première fois dépassées en nombre par les latrines Ecosan. Mise en place des nouveaux CHA et organisation de la première journée inter-CHA. Nouvelle intervention scolaire avec un bloc et un système de récupération d’eau de pluie à l’école de Maramvya 2. Mise en place du premier terrain d’expérimentation fertilisé avec les dérivés des latrines Ecosan avec des résultats encourageants. 

 

2015 : Résultats globalement positifs de l’évaluation des activités sur AAKT entre 2010 et 2014 avec une nette amélioration de l’indice sanitaire (+70% dans certaines zones). Parallèlement, après une série de prospections, lancement du nouveau programme ISAM, Isuku Soko ry’Amagara Meza – Hygiène, source de vie saine sur la commune de Gihanga, commune rurale en partie située sur la plaine de l’Imbo, d’abord dans les communautés de Kagwema et Kizina. Elaboration de la méthode WAST (basée sur la méthode PHAST) intégrant les notions d’écosanitation et de gestion des déchets avec la création de modules thématiques. Début de la crise politico-sécuritaire.

 

2016 : Pérennisation des activités AAKT, notamment des ouvrages hydrauliques et des infrastructures scolaires. Lancement de deux Activités Génératrices de Revenus (AGR) à Mutara (savonnerie) et M14 (champ de culture fertilisé avec des dérivés Ecosan). Extension des activités de ISAM à trois nouvelles communautés. Réalisation de petits ouvrages sanitaires (compostières, râteliers à vaisselle, systèmes de lavage de mains, etc.). Premier échec d’un ouvrage hydraulique à Gaharawé. Prospection et diagnostic technique de dix pompes à main en panne dans la zone. Dialogue entamé avec deux écoles pour la réalisation de deux blocs de latrines en 2017.

 

2017 : Accent sur l’Ecosanitation à Mutimbuzi avec la formation en écosanitation, leadership et gestion de projet de 80 personnes-relais (ou leaders locaux) dont le rôle est de vulgariser et informer largement sur le compost Ecosan ainsi que de faciliter la diffusion des bonnes pratiques agricoles et la diffusion du compost entre producteurs et utilisateurs. Lancement de neuf AGR par les CHA : six jardins de démonstration, une savonnerie et trois sites de collecte, stockage et redistribution du compost. A Gihanga, extension à neuf nouvelles communautés. Réhabilitation de trois points d’eau. Construction de trois blocs latrines, raccordement à l’eau et jardins scolaires mis en place. Premiers développements encourageants du volet institutionnel. 

 

2018 : Etude de faisabilité d’une recherche-action permettant de déterminer l’efficience du compost Ecosan ainsi que les possibilités d’agro-foresterie et de pépinières dans la zone. Extension des activités sur sept communautés supplémentaires de Gihanga. Mise en place d’un système de gestion inédit pour gérer les 10 points d’eau réhabilités : intégration de l’ensemble des acteurs dans un protocole de collaboration, formation de deux techniciens au diagnostic, maintenance et réparation des pompes et formation des comités de points d’eau (CPE) à la maintenance et la récupération des coûts. Développement du volet institutionnel autour des questions de l’eau.

 


Le programme RREC est mis en place grâce au soutien de :


Download
PAD RAPAC BURUNDI 2019.pdf
Adobe Acrobat Document 5.2 MB


Download
Rapport_annuel_2018_PAD_Burundi.pdf
Adobe Acrobat Document 862.7 KB


Download
Rapport annuel 2017_PAD-Burundi.pdf
Adobe Acrobat Document 1.8 MB


Download
Rapport annuel 2016_PAD-Burundi compress
Adobe Acrobat Document 6.2 MB


Download
Rapport_annuel_PAD_Burundi_2015.pdf
Adobe Acrobat Document 1.5 MB


Download
Rapport annuel PAD Burundi 2014.pdf
Adobe Acrobat Document 1.4 MB


Download
Rapport_Burundi_2013.pdf
Adobe Acrobat Document 2.2 MB


Download
Rapport_Burundi_2012.pdf
Adobe Acrobat Document 295.4 KB